Guide-familial.fr : Un plan de montage pour le « premier accueil social »
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Insertion des publics en difficulté

Au sommaire

Accueil > Insertion des publics en difficulté > Un plan de montage pour le « premier accueil social »

Un plan de montage pour le « premier accueil social »

(19/12/2016)

Uniopss

Les départements disposent désormais d’un « guide d’appui », pour organiser le « premier accueil social inconditionnel de proximité ». Ils sont invités à soigner la qualité, en s’assurant des compétences de leurs intervenants sociaux et administratifs… Pourtant, le dispositif ne repose sur aucun budget spécifique.

Débordés, les assistants sociaux des polyvalences ? A lire le guide que vient de finaliser le secrétariat d’Etat à la Lutte contre l’exclusion et l’Andass, les départements vont pourtant devoir veiller à la qualité de l’accueil dans leurs services sociaux. En effet, comme prévu dans le Plan d’action en faveur du travail social de 2015, les conseils départementaux doivent organiser, en lien avec les préfets, un « premier accueil social inconditionnel de proximité ». Fin 2017 au plus tard, ils devront avoir cartographié, sur leurs territoires, les différents sites susceptibles d’offrir à chaque habitant une écoute, ainsi qu’une information, une ouverture de droits, ou encore une orientation… Ce nouveau « guide d’appui », rédigé dans la concertation, devrait les y aider.
S’il n’est qu’un simple « outil méthodologique », ce manuel précise déjà quelles structures pourront être désignées comme de « premiers accueils ». Parmi celles-ci, « figureront » les polyvalences des départements, « ainsi que les CCAS et les CIAS souvent déjà engagés » dans un tel service. Mais les Maisons de services au public (MASP), les Pimms ou certaines associations, pourront également être identifiés comme tels.
Ces services sociaux, en tout cas, devront assurer un « accueil de qualité pour tous les publics ». Notamment, ils devront « être facilement accessibles, visibles » et « proposer des horaires d’ouverture répondant aux besoins ». Leurs locaux devront « être à la fois accueillants et conviviaux afin de favoriser l’écoute mais aussi garantir la confidentialité des échanges ». Chaque structure devra proposer « un accueil modulable », avec des créneaux sur rendez-vous et d’autres sans - et éventuellement des « visites au domicile » ou des « points d’accueil mobile ». Il est également jugé « important d’articuler » l’accueil physique avec un service par téléphone, ou encore par courriel.


Des secrétaires médico-sociaux à former

Quant aux professionnels chargés de ce service, ils pourront aussi bien être des « travailleurs sociaux » que des « personnels socio-administratifs », est-il mentionné dans le guide. Dans tous les cas, ils devront être dûment formés, « à se mettre dans une posture d’écoute, de bienveillance et d’empathie », mais aussi à « la reformulation, la médiation, la gestion du stress », et même à « la détection de besoins plus implicites non formulés » - sans oublier « une bonne connaissance sans cesse actualisée de la législation sociale »… Face à de tels prérequis, il importe désormais « d’accompagner l’évolution des métiers de secrétariat médico-social » et de « créer de véritables complémentarités entre travailleurs sociaux et secrétaires médico-sociaux », est-il enfin recommandé.
Voilà donc les départements outillés pour organiser, au mieux, leurs « premiers accueils sociaux ». Il reste que ces recommandations ne s’assortissent d’aucun financement particulier. La dissolution de 20 % des CCAS, au premier semestre 2016, que vient de déplorer l’Unccas, ne devrait pas leur faciliter la tâche.


Source : Uniopss
Auteur : Olivier Bonnin (photo : © Fotolia)
Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-280210-I209-un-plan-de-montage-pour-le-%C2%AB-premier-accue.html