Guide-familial.fr : La précarité énergétique concerne un ménage sur sept
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Logement

Au sommaire

Accueil > Logement > La précarité énergétique concerne un ménage sur sept

La précarité énergétique concerne un ménage sur sept

(02/03/2018)

 

Une étude de la Drees croise les questions de précarité énergétique et de sensation de froid dans le logement. Où l'on apprend que 14 % des ménages consacrent plus de 10 % de leur budget à leurs dépenses d'énergie et qu'une proportion équivalente déclare avoir souffert du froid dans son logement.


La période de grand froid que nous connaissons depuis plusieurs jours donne lieu à des annonces des pouvoirs publics sur l'ouverture de places nouvelles réservées aux sans-abris (plus de 3 000 rien qu'en Île-de-France). Mais cette séquence météorologique a également un impact sur la situation des personnes qui vivent la précarité énergétique. Cette notion est définie dans le droit français depuis la loi Grenelle II de 2010. « Est en situation de précarité énergétique une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d'énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l'inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d'habitat. »


Données objectives et subjectives


En France, l'usage veut que l'on considère en précarité énergétique les personnes qui consacrent plus de 10 % de leur budget à leurs dépenses d'énergie. Actuellement, environ 14 % des ménages sont dans cette situation. Pour mesurer l'importance du phénomène, il est possible également de faire appel à des données plus subjectives que sont la sensation de froid dans son logement et la limitation de l'utilisation du chauffage. Deux enquêtes différentes sont exploitées dans ce document de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) : la première émane de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), la seconde de l'Institut de recherche et de documentation en économie de la santé (Irdes). Les deux sources aboutissent à des résultats voisins.


Lien avec un bas niveau de revenu et le fait d'être locataire


Il apparaît ainsi qu'entre 12 et 15 % des Français déclarent avoir souffert du froid dans leur logement. Cette affirmation est corrélée fortement avec le fait d'avoir des moisissures dans son chez-soi. La moitié de ceux qui rencontrent ce genre de problème déclare également avoir connu le froid dans leur logement. Évidemment, cette sensation de froid est plus présente chez ceux qui ont des niveaux de vie assez bas. « Plus d'un quart des personnes appartenant au premier quintile de niveau de vie [les 20 % de la population les plus pauvres, NDLR] déclarent avoir souffert du froid contre 7 % pour les deux quintiles les plus élevés », estime l'étude. Toutes choses égales par ailleurs, notamment en termes de qualité du logement et de santé, les 40 % de personnes les plus modestes ont deux fois plus de risques d'avoir connu le froid que les 20 % les plus riches. D'autre part, le fait d'être locataire (en logement social ou non) expose davantage au risque de froid que le fait d'être propriétaire.


Limitation de chauffage

À la question de savoir « Au cours de l'hiver dernier, avez-vous limité votre utilisation du chauffage parce que cela coûtait trop cher ? », près de quatre personnes interrogées sur dix répondent par l'affirmative. Chez les personnes ayant eu froid, la proportion atteint presque les 70 %. Même si on ne sait rien de l'importance de cette limitation du chauffage (tout le temps ou à certains moments, de combien de degrés, etc.), ce chiffre indique le rôle crucial du coût de l'énergie chez une grosse minorité de concitoyens.


Mieux se loger


La problématique du chauffage a une incidence sur la perception des enjeux du logement et sur la prise de conscience des individus. Ainsi, explique la Drees, « 36 % des personnes ayant souffert du froid déclarent que l'objectif prioritaire de la politique familiale devrait être de "permettre aux familles de mieux se loger", contre 28 % des personnes qui n'ont jamais souffert du froid. »

Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29284-I203-la-precarite-energetique-concerne-un-menage-sur-.html