Guide-familial.fr : La pauvreté des enfants fait débat à Créteil
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Enfance

Au sommaire

Accueil > Enfance > La pauvreté des enfants fait débat à Créteil

La pauvreté des enfants fait débat à Créteil

(08/03/2018)

Plus de trois mois de concertation ont déjà été menés par le gouvernement, pour mettre au point une nouvelle stratégie de lutte contre la pauvreté des jeunes. Avant de la finaliser fin mars, un débat a encore été proposé à Créteil, aux acteurs sociaux d’Ile-de-France. Le but était aussi de mobiliser les troupes.

A quoi peut bien servir une énième concertation contre la pauvreté ? Dans les salons au décor pop de la préfecture du Val-de-Marne, ce 6 mars à Créteil, ils sont en tout cas des dizaines, travailleurs sociaux, élus locaux ou militants, à être venus s’installer. Et le but est aussitôt énoncé par leur hôte Olivier Noblecourt, le délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes : il en espère des « échanges les plus libres possible », pour parvenir à « une mobilisation des acteurs, sur des objectifs partagés ». Il insiste : « En cas de désaccord de fond, dites-le ! »
Dix « concertations territorialisées » au total ont ainsi été planifiées cet hiver. Et ces débats doivent directement nourrir la stratégie de lutte contre la pauvreté, qui doit être présentée fin mars, par le président de la République. Celle-ci s’appuiera, en outre, sur les propositions que doivent remettre six groupes de travail thématiques, dès le 15 mars, ainsi que sur les 7 500 réponses obtenues par une consultation sur Internet, close le 28 février.


Chasser les idées reçues

Manifestement, cette neuvième étape de la concertation, en plus de deux heures, permet déjà aux participants d’échanger leurs expertises, autour du thème du jour - « garantir les droits de l’enfant et soutenir les familles vulnérables ». Danie Chemineau (photo), responsable d’études à la CAF du Val-de-Marne, peut ainsi rapporter quelques statistiques édifiantes sur les jeunes bénéficiaires des allocations familiales en Ile-de-France. Leur taux de pauvreté, estimé par la branche famille, atteint ainsi 25 % -  or dans la région, les CAF couvrent pas moins de 9 mineurs sur 10 !
Au passage, certains invitent aussi à chasser les idées reçues sur les enfants pauvres : « Ils ont de sérieux atouts », rappelle ainsi Christian Wassenberg, directeur académique en Seine-Saint-Denis. L’une de ses préoccupations est que les personnels de l’Education nationale sachent les repérer, pour mieux aller vers eux – en évitant les maladresses…
Pour sa part Michèle Créoff, la vice-présidente du Conseil national de la protection de l’enfance (CNPE), vient partager un outil précieux pour les aider : la Convention internationale des droits de l’enfant, que la France a ratifiée. En effet elle confère à chaque mineur des droits propres « à respecter quelle que soit la situation de ses parents » ! Que ceux-ci soient pauvres, ou sans papiers, n’y change donc rien : tout enfant a droit à la vie, à l’éducation, à la santé… Et au passage, cette ancienne directrice de l’Enfance pour le Val-de-Marne fait une annonce utile aux travailleurs sociaux : le CNPE va proposer un référentiel national, afin que les informations préoccupantes puissent être évaluées partout avec de mêmes critères.
Tous ces échanges, bien sûr, permettent aussi aux acteurs de faire connaître leurs actions, et de cultiver leurs réseaux. Mais désormais, « ce qui compte, c’est la mobilisation des acteurs », répète Olivier Noblecourt en guise de conclusion.


Auteur : Olivier Bonnin
Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29291-I201-la-pauvrete-des-enfants-fait-debat-a-creteil.htm.html