Guide-familial.fr : A la recherche des aidants à La Défense
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Vieillesse - dépendance

Au sommaire

Accueil > Vieillesse - dépendance > A la recherche des aidants à La Défense

A la recherche des aidants à La Défense

(28/06/2018)

Pendant trois jours, des assistantes sociales ont proposé leurs services aux aidants familiaux qu’elles pouvaient rencontrer dans le quartier d’affaires des Hauts-de-Seine. Nombre d’entre eux s’ignorent, et ils négligent ainsi les aides et les droits qui leur sont aujourd’hui réservés.

 

« Tous aidants » ? Le slogan est proclamé en caractères gras sur la caravane grise, au pied de la Grande Arche de La Défense. « Euh, non, moi je ne veux pas aider ! » Voilà le type de réponse qu’a pu essuyer l’assistante sociale Jessica Adèle, le 26 juin, de la part de certains piétons du quartier d’affaires… Elle n’était pourtant pas venue ici pour recruter des bénévoles. Cette professionnelle indépendante a été embauchée pour une opération de trois jours visant à « aller à la rencontre des aidants actifs ». Entre tours de bureaux et centre commercial, la Compagnie des aidants et le laboratoire Janssen espèrent, ainsi, apporter des solutions aux salariés engagés dans l’accompagnement d’un proche dépendant. Ceux-ci représenteraient, tout de même, 15 % de la population active (1).


Expliquer

Avec son tee-shirt « tous aidants », campée devant la caravane, Jessica Adèle peut déjà expliquer le terme aux passants. « Certains réalisent alors que, finalement, eux aussi sont des aidants familiaux… » Or, faute de s’identifier comme tels, « ils manquent bien souvent d’informations ».
À toutes les personnes concernées, les trois assistantes sociales peuvent aussi proposer un entretien, dans la discrétion de leur caravane. Jessica Adèle en a reçu une dizaine, pour sa première journée. « Mon leitmotiv a été de leur dire : vous n’êtes pas seul ! Cela soulage, lorsqu’on se découvre aidant. » Elle leur fait alors connaître la Compagnie des aidants, puisque l’association met en lien ses adhérents pour échanger ou s’entraider.


Savoir convaincre

« Après les avoir réassurés, il faut également leur expliquer qu’ils peuvent eux-mêmes se faire aider », ajoute sa consœur Élodie Verneuil (photo). Avant de mettre en place une aide à domicile ou une livraison de repas, cependant, il faut parfois savoir convaincre que les professionnels « ne feront peut-être pas aussi bien qu’eux, mais bien quand même ! » Nombre d’aidants, par ailleurs, ignorent tout « des accueils de jour, des plateformes d’accompagnement, des séjours de répit, ou encore des équipes spécialisées Alzheimer », ajoute Claudie Kulak, la présidente de la Compagnie des aidants.


Droits des salariés

Et qu’ils soient cadres ou employés, les salariés de La Défense ont aussi beaucoup à découvrir de leurs prérogatives en entreprise. « Le droit au répit n’est pas du tout connu », relève Jessica Adèle. « Hier, on m’a parlé d’une responsable des ressources humaines qui incitait plutôt à prendre des congés ou un arrêt maladie - peut-être par simple ignorance ! » Certains aidants peuvent aussi craindre d’évoquer leurs difficultés, de peur de mettre leur emploi en danger.
Mais les assistants sociaux des départements ne pourraient-ils pas apporter eux-mêmes ces informations ? « Nous ne sommes pas là pour prendre leur place, mais pour les compléter », répond Élodie Verneuil, également indépendante. Descendant de la caravane, une dame le confirme à sa manière : « J’ai déjà fait des demandes d’aide à mon département, mais il manque de personnels. Je ne vais donc pas les harceler ! »

(1) Baromètre des aidants 2015, réalisé par BVA et la Fondation April.


Auteur : Olivier Bonnin
Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29403-I208-a-la-recherche-des-aidants-a-la-defense.html.html