Guide-familial.fr : La lutte contre la pauvreté renvoyée à la rentrée
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Insertion des publics en difficulté

Au sommaire

Accueil > Insertion des publics en difficulté > La lutte contre la pauvreté renvoyée à la rentrée

La lutte contre la pauvreté renvoyée à la rentrée

(10/07/2018)

Elysée

Emmanuel Macron l’a finalement confirmé le 9 juillet : la Stratégie de lutte contre la pauvreté est de nouveau reportée, cette fois à septembre. Ses grandes lignes, cependant, se précisent. Le président entend faire « accompagner toute personne qui le peut vers une activité professionnelle, même à temps partiel ».

Le Président de la République n’aura pas attendu le match France – Belgique pour le confirmer : c’est bien « en septembre » qu’il entend, finalement, présenter sa stratégie de lutte contre la pauvreté. À l’origine, Emmanuel Macron devait la proclamer au printemps, après trois mois et quelques de concertation officielle. De report en report, cette mobilisation « contre la pauvreté des enfants et des jeunes » avait finalement été annoncée pour le 9 juillet, à l’occasion de son discours annuel devant les parlementaires réunis à Versailles. Et voilà que l’information a été dévoilée par France inter : tout compte fait, l’Élysée préférait encore décaler cette présentation - de peur, notamment, de voir ses annonces couvertes par le brouhaha de la Coupe du monde de football…

 

Pour 2019
« Je ne veux pas d'une stratégie qui s'imposerait d’en haut dans la torpeur de l'été » a préféré justifier officiellement Emmanuel Macron devant le Congrès. Il la repousse donc pour la rentrée, et promet maintenant sa « mise en œuvre en 2019 ». Ses grandes lignes, néanmoins, paraissent déjà toutes tracées. Emmanuel Macron n’ambitionne pas de permettre « à nos concitoyens pauvres de vivre mieux, mais bien de sortir de la pauvreté, une bonne fois pour toutes » !
Ainsi, comme il l’avait déjà esquissé à Montpellier le 13 juin, le Président de la République entend dépasser la « redistribution classique », pour proposer une « politique d'investissement et d'accompagnement social ». Et plutôt que « de nouvelles aides en solde de tout compte », il préfère « un accompagnement réel vers l'activité, le travail, l'effectivité des droits fondamentaux, la santé, le logement, l'éducation ».


« Plus universel et responsabilisant »

Mais les bénéficiaires des minima sociaux auront-ils donc de nouvelles obligations à respecter ? À ce stade, Emmanuel Macron se borne à énoncer une philosophie générale. Pour rendre le système de solidarité « plus universel et plus responsabilisant », le Président souhaite faire « accompagner toute personne qui le peut vers une activité professionnelle, même à temps partiel, et exiger de chacun qu'il prenne sa part dans la société à sa mesure ». Ce principe « de droits et de devoirs », selon lui, doit être au cœur de la protection sociale du XXIe siècle, qui doit perdre de sa logique assurantielle, pour devenir plus universelle. Et parallèlement, Emmanuel Macron espère briser les déterminismes sociaux, par l’éducation mais aussi « par le mérite et par le travail », comme il l’a encore expliqué aux parlementaires à Versailles.


Impatience

À défaut de stratégie contre la pauvreté, donc, ses orientations se précisent. Et l’impatience des associations aussi. « La pauvreté n’attend pas », ont ainsi protesté, dès le 8 juillet, les acteurs de la lutte contre la pauvreté réunis dans le collectif Alerte. Ils espèrent néanmoins que « le délai pris servira à proposer une stratégie ambitieuse visant à ne laisser personne de côté ». Et à leurs yeux, cela passerait notamment par « des aides monétaires simplifiées et revalorisées ».


Source : Elysée
Auteur : Olivier Bonnin (photo : © Fotolia)
Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Données personnelles / Cookies | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29421-I209-la-lutte-contre-la-pauvrete-renvoyee-a-la-rentre.html