Guide-familial.fr : Les prestations sociales réduisent fortement le taux de pauvreté
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Insertion des publics en difficulté

Au sommaire

Accueil > Insertion des publics en difficulté > Les prestations sociales réduisent fortement le taux de pauvreté

Les prestations sociales réduisent fortement le taux de pauvreté

(12/09/2018)

À quelques jours de la présentation du plan gouvernemental contre la pauvreté, la Drees publie un épais document sur les minima sociaux et les prestations sociales. Il apparaît que l'ensemble des prestations sociales permet de réduire de plus de huit points le taux de pauvreté. Le RSA reste le minimum social le plus versé.


Cela ne pouvait mieux tomber : alors que le Gouvernement doit présenter jeudi 13 septembre son plan de lutte contre la pauvreté, la Drees (dépendant du ministère des Solidarités et de la Santé) a dévoilé le 7 septembre son épais document sur les minima sociaux et les prestations sociales. Cette étude est d'autant plus utile que certaines prestations sociales (notamment concernant le logement) sont sur la sellette depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron et pourraient l'être dans les mois à venir dans le cadre des réductions budgétaires.


Alors que dit exactement ce document de plus de 200 pages ? Essayons de découper le propos autour de cinq questions.

1/ Qui sont les pauvres ?

Le seuil de pauvreté est fixé en 2015 à 1 015 € par mois qui correspond à 60 % du revenu médian. Plus de 8,8 millions de personnes sont en-dessous de ce seuil et sont considérées pauvres. Cette population a des caractéristiques propres. Elle est très jeune : 50 % ont moins de 30 ans (contre 31 % dans l'ensemble de la population). Très souvent, il s'agit de familles nombreuses ou monoparentales : 44 % des personnes pauvres (contre 23 %). Les personnes seules sont également légèrement sur-représentées (17 % contre 16 %). Enfin, sur le plan professionnel, les personnes pauvres sont plus souvent chômeurs ou actifs non retraités (34 % contre 14 %).

2/ Qui sont les personnes modestes ?

De façon assez nouvelle, la Drees parle dans son étude des ménages modestes, ceux qui touchent moins que le revenu médian des Français fixé à 1 512 € par mois. Cela représente 40 % de la population. En son sein, un tiers est pauvre. Ainsi, plus de 16 millions de personnes sont modestes, sans être pauvres. Leurs caractéristiques sont proches des personnes pauvres, mais dans des proportions moindres. Les personnes modestes sont plus jeunes (43 % de moins de 30 ans), plus souvent des familles nombreuses ou monoparentales (35 %). De même, la proportion de chômeurs ou d'inactifs est plus importante (23 %).

3/ Qui touche les prestations sociales ?

Le RSA est la prestation la plus servie : 1,86 million d'allocataires fin 2016, soit une baisse de 4,3 % sur un an. En raison de la reprise de l'activité et de l'allongement des durées d'indemnisation, l'allocation de solidarité spécifique (ASS) suit la même évolution avec une baisse en 2016 (- 3,9 %). Concernant le minimum vieillesse, la tendance à la baisse se poursuit, mais dans des proportions moindres. Il est touché par 552 000 personnes. L'allocation aux adultes handicapées (AAH) constitue le deuxième minimum social avec plus d'un million d'allocataires. L'augmentation du nombre d'allocataires se confirme, mais dans des proportions plus mesurées : + 2,3 %.

Les prestations logement sont par contre à la baisse (- 0,6 %) et sont touchées par 6,5 millions de personnes. « Fin 2016, résume l'étude, 20 % de la population française vit dans un foyer percevant une aide au logement ». Les allocations familiales sont, quant à elles, versées à plus de 6,7 millions de ménages, un chiffre stable après une baisse en 2015. La prestation d'accueil du jeune enfant (Paje) est en chute libre depuis plusieurs années. Le petit nouveau dans la liste, la prime d'activité, a fait des débuts tonitruants avec 2,58 millions de foyers concernés. Quant à la garantie jeunes, elle a rencontré un vrai succès avec fin 2016 plus de 50 000 bénéficiaires (un chiffre passé à 75 000 fin 2017).

4/ Combien coûtent les minima sociaux ?

Comme on l'a vu, le nombre de personnes servies a été, pour la première fois depuis des années, à la baisse. En effet, fin 2016, on comptait 4,1 millions d'allocataires. Si on inclut les conjoints et enfants, ce sont près de 7 millions de personnes qui perçoivent au moins l'un des dix minima sociaux. Cela représente une dépense totale de 26,2 milliards d'euros (Md€), soit 1,2 % du PIB. À noter que ce budget continue à augmenter (+ 2 % en 2016 contre + 4,3 % en moyenne sur la période 2009 - 2015). Dans le détail, c'est le RSA qui représente l'enveloppe la plus importante (11,1 Md€) suivi de l'AAH (9 Md€), de l'ASS (2,7 Md€) et du minimum vieillesse (2,5 Md€). Ces quatre minima sociaux représentent 95 % des dépenses.

5/ Les prestations sociales ont-elles un effet sur la pauvreté ?

« Les prestations sociales, dans leur ensemble, ont une incidence forte sur la réduction de la pauvreté monétaire », estime la Drees. Sans les prestations sociales et les mesures fiscales, le taux de pauvreté serait en France de 22,3 %. Il n'est « que » de 14,2 %, soit une réduction de 8,1 points. Dans le détail, les prestations familiales contribuent pour 2,4 points à réduire le taux de pauvreté, les aides au logement pour 2,1 points et les minima sociaux pour 2 points. En matière d'intensité de la pauvreté (écart entre le seuil de pauvreté et le niveau de vie médian des personnes pauvres), les prestations sociales contribuent à la réduire de 18,5 points. Et là, ce sont les minima sociaux qui sont le plus efficaces pour réduire l'intensité de la pauvreté.

En termes de lutte contre les inégalités sociales, les prestations sociales jouent un grand rôle. L'écart entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres est ainsi ramené de 6,1 à 3,5. Certaines catégories de personnes bénéficient encore davantage de l'effet redistributif des prestations. Les familles monoparentales avec deux enfants réduisent ainsi de près de 20 points leur taux de pauvreté ; pour les couples avec au moins quatre enfants, la réduction atteint les 25 %. À noter que pour les personnes handicapées, la baisse du taux de pauvreté est pratiquement de 12 %. 

Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29465-I209-les-prestations-sociales-reduisent-fortement-le-.html