Guide-familial.fr : « Gestionnaire de cas », un métier différent « mais avec une âme d’assistante sociale »
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Vieillesse - dépendance

Au sommaire

Accueil > Vieillesse - dépendance > « Gestionnaire de cas », un métier différent « mais avec une âme d’assistante sociale »

« Gestionnaire de cas », un métier différent « mais avec une âme d’assistante sociale »

(08/11/2018)

Ancienne assistante sociale, Marianne Butault est devenue « gestionnaire de cas » pour la Maia (Méthode d’action pour l’intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’autonomie) « 92 Nord », autour de Gennevilliers. Elle décrit un métier entre coordination d'équipe et veille sur le territoire.


En quoi consiste votre travail ?
À 95 %, à coordonner l'accompagnement de personnes âgées qui restent à domicile dans des situations extrêmement dégradées – avec des troubles cognitifs, une perte des capacités fonctionnelles, une absence de proches aidants... J'évalue leurs besoins dans un « plan de service individualisé », puis je veille à ce que tous les intervenants médicaux et sociaux nécessaires soient mobilisés. Je m’assure qu'ils effectuent les bilans requis, et qu’ils échangent pour que les parcours des personnes soient les plus adaptés. Je ne suis donc là pour remplacer personne – je n'en ai pas les moyens – mais pour faire du lien, repérer des manques, solliciter des interventions. La force du gestionnaire de cas est d'avoir moins de suivis que les autres professionnels : quarante maximum, le plus souvent une trentaine. Cela nous permet de passer beaucoup de temps à domicile, de recueillir l'avis de chacun – professionnels de l'aide et du soin, gardien, voisins, famille ou amis... – pour avoir une vision approfondie des situations.

 

Quid des 5 % de temps restants ?
Ils constituent le but ultime de mon travail : analyser les manques repérés sur le territoire et les faire remonter au pilote de la Maia, pour qu'il les transmette aux responsables des services présents sur le terrain et que des solutions soient recherchées localement. Si ces derniers n'ont pas les moyens d'agir, ils s'adressent au niveau au-dessus (CPAM, ordre des médecins, ordre des kinés...) : c’est la concertation. L'idée est de tirer de ces cas très complexes des enseignements qui puissent bénéficier à toutes les personnes âgées d'un territoire.


Quelle part votre formation a-t-elle joué dans votre recrutement ?
Une proportion importante de gestionnaires de cas vient du travail social (1). J'ai donc été recrutée en partie pour ma formation, mais aussi parce que le réseau de santé qui porte la Maia 92 Nord avait l'habitude de travailler avec moi lorsque j'étais assistante sociale à la Caisse régionale d'assurance maladie. Mes recruteurs ont été attirés par le fait que j'avais l'habitude d'intervenir auprès des personnes âgées et à domicile.


Avez-vous le sentiment d'être encore assistante sociale dans votre fonction ?
J'exerce un métier très différent, mais avec une âme d'assistante sociale. Je ne suis pas du tout dans l'accompagnement social global comme avant, des consœurs s'en chargent sur le terrain. Moi, je fais un pas de côté, dans ce travail d'analyse et de lien. Ma formation à la gestion de cas m'a permis d'augmenter mes compétences pour acquérir cette vision large. Mais mon expérience d'assistante sociale me permet de ne jamais oublier que ces personnes ont eu une vie, un travail, des difficultés, bref d'inscrire leur situation actuelle si difficile dans la continuité de toute une histoire. Elle m'aide aussi à porter aux personnes que j'accompagne, et qui parfois ne me reconnaissent pas après vingt rencontres, une attention bienveillante et patiente.

(1) 50% sont assistants sociaux ou CESF de formation, selon une enquête de la Fondation Médéric Alzheimer publiée en avril 2016.


Auteur : Laetitia Darmon (photo : © François Rocher)
Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29537-I208---gestionnaire-de-cas---un-metier-different---ma.html