Guide-familial.fr : Les aides au logement encore grignotées en 2019
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Logement

Au sommaire

Accueil > Logement > Les aides au logement encore grignotées en 2019

Les aides au logement encore grignotées en 2019

(08/01/2019)

Contrairement à la rumeur colportée par des gilets jaunes, les APL ne doivent pas baisser ce 1er janvier. En revanche les hausses prévues cette année ne permettront pas de suivre l’inflation... Et d’ici au printemps, ces aides devront être calculées en « temps réel », ce qui devrait, finalement, les faire reculer.

« Regardez vos droits aux APL pour janvier ! Vous allez halluciner ! » Posté le 3 janvier, sur une page Facebook de gilets jaunes de Vendée, le conseil a vite suscité son lot de réponses indignées. Si certains n’ont rien observé, plusieurs rapportent des baisses conséquentes de leurs aides au logement moins 170 euros pour l’une, ou moins 240 euros pour l’autre… « Y en a marre c'est que pour les " cassos " et les étrangers », proteste un membre. Une autre tente une explication plus rationnelle : « Ceux qui ont moins d'APL ont simplement gagné plus en 2017. »
Depuis Noël au moins, la même rumeur court sur les réseaux sociaux en jaune : les aides au logement subiraient une nouvelle baisse en janvier - après la réduction de 5 euros par mois, en 2017, puis le gel imposé en 2018. Or, à lire les textes officiels de la fin décembre, un changement  de calcul a bien été annoncé pour le 1er janvier… Mais celui-ci induit une augmentation, modeste, des aides au logement.

 

Moins de reste à charge

Le texte révise en effet leur formule de calcul : il accroît le paramètre « R0 », qui réduit la « participation personnelle » laissée à la charge des bénéficiaires. Cette fois, cet avantage n’augmente que de 0,3 % – plutôt que de suivre, comme d’ordinaire, la hausse de l’indice des prix, d’environ 1,2 % en 2017. Conclusion ? Ce 1er janvier, le reste à charge doit bel et bien reculer – même chichement. Et dès lors, les aides au logement peuvent encore augmenter - quoique légèrement.
Bien sûr, ces allocations sont calculées en fonction de plusieurs autres critères – notamment la taille du ménage, ou encore le niveau des ressources obtenues deux ans auparavant… Certains changements de situation ont donc bien pu faire chuter, ou au contraire bondir, les aides versées pour cette nouvelle année. Mais à défaut, les APL auront bien bénéficié d’un coup de pouce pour le 1er janvier.

 

... mais plus d'inflation

« Du moins, sur le papier », tempère Pierre Concialdi, chercheur à l’Ires. Compte tenu de l’inflation, plus élevée, « les aides au logement perdent en pouvoir d’achat cette année ». Et la même opération se reproduira au 1er octobre. Un tassement similaire est inscrit dans la loi de finances pour 2019 : les paramètres de calcul des aides au logement n’augmenteront, encore, que de 0,3 % – et non pas, comme à l’ordinaire, selon l’indice de référence de loyer, qui serait actuellement de +1,57 %...

 

... et bientôt plus de participation
Et d’ici ce printemps, l’équation devra encore changer. Les aides au logement devront être calculées en fonction des ressources des douze derniers mois – et non plus de celles de l’avant-dernière année. Voilà qui va ajuster, en temps réel, les prestations versées aux situations de chacun… Cependant, des revenus plus récents sont, généralement, plus élevés. Et dans ce cas, mathématiquement, les participations personnelles des bénéficiaires devront augmenter. « Le montant moyen des aides au logement va ainsi baisser tout au long de 2019 », conclut Pierre Concialdi. De fait, le gouvernement a baissé de 900 millions d’euros les crédits aux APL pour cette année…


Auteur : Olivier Bonnin (photo : © Fotolia)
Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29596-I203-les-aides-au-logement-encore-grignotees-en-2019..html