Guide-familial.fr : Un service social comme point d'ancrage pour les publics en errance
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Insertion des publics en difficulté

Au sommaire

Accueil > Insertion des publics en difficulté > Un service social comme point d'ancrage pour les publics en errance

Un service social comme point d'ancrage pour les publics en errance

(18/04/2019)

En Seine-Saint-Denis, une équipe départementale unique en France assure, depuis dix ans, un accompagnement renforcé de personnes sans hébergement stable, pour la plupart migrantes. Ailleurs, ce public serait pris en charge par des associations. À Bobigny, quatre assistantes sociales leur sont dédiées.

 

Que proposer à des personnes ne trouvant aucun hébergement durable ? Face à la montée en charge de ces situations de rupture, qui affectaient ses services sociaux, le département de Seine-Saint-Denis a décidé en 2008 de créer, à Bobigny, un service social spécifique. « L'absence d'hébergement stable complique toutes les démarches d'accès aux droits », explique Clémence Willard, l'une des quatre assistantes sociales de la circonscription spécialisée. « Les personnes se font refouler des CCAS faute d'ancrage local suffisant, elles ouvrent des droits à différentes adresses, leurs courriers se perdent : le retour à l'autonomie n'est pas possible pour ce public, tant qu'il n'est pas stabilisé quelque part. »

 

Des errances multiples

Chaque assistante sociale suit cinquante situations, provenant de tout le département, adressées par une commission, sur proposition d'autres services sociaux. Les errances sont multiples - administratives, psychiques, affectives... « Comme ils changent de lieu tout le temps et sont très isolés, nous sommes parfois leur unique repère », poursuit-elle. 70 % des personnes suivies sont hébergées par le 115, 80 % ont des enfants, et une grande partie sont des migrants sans ressources. « Problèmes de papiers, de santé, barrière de la langue, mères seules... Les situations sont diverses mais toujours très précaires, on est sur la satisfaction des besoins primaires : manger, dormir, se soigner », constate Cristina Da Costa, sa collègue.

 

Vers une stabilisation

La mission de la petite équipe : accompagner l'accès aux droits et la stabilisation sur un territoire. « Il y a d'abord un travail d'écoute. Nous sommes pour eux le dernier recours, cela forge d'emblée une relation de proximité et de confiance », apprécie-t-elle. « Ensuite, il faut tout faire de A à Z. » À commencer par la domiciliation administrative, qui permettra d'ouvrir des droits sociaux, tout en veillant à la scolarisation des enfants, sachant que l'hébergement via le 115 peut s'interrompre à tout moment. Comme les usagers viennent de loin, les entretiens peuvent durer jusqu'à deux heures.
L'équipe a acquis une expertise sur les questions d'hébergement et de droit des étrangers, et essaye d'avoir des relais privilégiés dans tout le département. « Mais ce n'est pas évident. Parfois on supplée les défaillances de l'administration, on doit refaire un dossier d'Aide médicale d'État perdu par l'assurance maladie », confie Clémence Willard. « Ce public ne peut pas être autonome rapidement vu la complexité de l'accès aux droits et malgré sa forte volonté de s'en sortir. On est en plein dans la problématique du non-recours. »

 

Relais

Des ateliers collectifs sont proposés : un groupe de parole pour les femmes, de l'art-thérapie, des cours de français animés par des bénévoles. Les accompagnements durent trois ou quatre ans en moyenne. « On passe le relais quand ils sont stabilisés sur un territoire ou accueillis en CHRS avec un accompagnement social. » Plus de 600 personnes ont été accompagnées en dix ans mais 60 dossiers sont en attente.


Auteur : Mariette Kammerer (texte et photo)
Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29714-I209-un-service-social-comme-point-d-ancrage-pour-les.html