Guide-familial.fr : Comment faire de l'accueil de la petite enfance une arme anti-pauvreté ?
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Enfance

Au sommaire

Accueil > Enfance > Comment faire de l'accueil de la petite enfance une arme anti-pauvreté ?

Comment faire de l'accueil de la petite enfance une arme anti-pauvreté ?

(07/06/2019)

Dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, le pouvoir entend mettre le paquet sur l'amélioration quantitative et qualitative des modes d'accueil de la petite enfance pour enrayer les mécanismes de reproduction. Un rapport du Haut conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge égrène de nombreuses propositions concrètes pour passer aux travaux pratiques. Revue de détail.

Saisi officiellement par la ministre Agnès Buzyn et la « secrétaire d'État à la famille » (sic) Agnès Buzyn, le Conseil de l'enfance et de l'adolescence, section du Haut conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge (HCFEA), a planché sur la qualité des modes d'accueil individuels et collectifs, « ici définie comme qualité affective, éducative et sociale ».

Évolution des objectifs

La situation est simple : plus de la moitié des enfants de moins de 3 ans sont accueillis dans des modes d'accueil, qu'ils soient individuels ou collectifs. La notion de qualité de l'accueil a évolué au fil des ans. Dans un premier temps, il s'agissait d'assurer des objectifs de santé et de lutter contre la morbidité infantile. Dans les années 80, alors que cet objectif était globalement atteint, les politiques publiques se sont intéressées à articuler vie professionnelle - vie familiale et à accompagner la parentalité. Mais la tendance aujourd'hui est de davantage prendre en compte les composants affectifs et relationnels des jeunes enfants. « Au-delà du seul respect des normes structurelles réglementaires, estime le rapport, d'autres conditions de qualité des modes d'accueil jouent un rôle déterminant sur le développement présent et à venir des enfants qui les fréquentent et sur les bénéfices majorés que les enfants en situation de vulnérabilité sociale ou médicale sont susceptibles d'en tirer. » En clair, il faut innover pour répondre à des besoins actuellement non pris en charge.

Socialisation précoce

En 2017, le ministère avait publié un texte cadre national pour l'accueil du jeune enfant comprenant dix orientations. Le Haut conseil propose de décliner ces orientations dans 24 « repères opérationnels pour un référentiel de la qualité des modes d'accueil ». Le HCFEA souhaite que ces pistes fassent l'objet de textes réglementaires pour les accueils des assistants maternels comme pour les établissements d'accueil des jeunes enfants (EAJE).

L'une des intuitions de la stratégie anti-pauvreté est de miser sur une socialisation précoce des enfants de familles pauvres pour réduire drastiquement la transmission entre générations de la situation de pauvreté. Selon le rapport du HCFEA, 400 000 enfants de plus de 1 an vivent dans une famille inactive ou mono-active. Or, ces familles sont bien souvent exclues des modes d'accueil de la petite enfance. Il faut donc que les EAJE soient davantage à l'écoute de ces familles et qu'ils inscrivent cet axe dans leur projet d'établissement. De même, l'ouverture au handicap et aux maladies chroniques doit être confirmée.

Ateliers hebdomadaires

Les structures d'accueil doivent se rapprocher des acteurs sociaux (PMI, services sociaux municipaux, associations...) qui connaissent bien ces familles. Pour les faire venir, des petits ateliers hebdomadaires pourraient être organisés dans les EAJE qui associeraient parents et enfants. « Les 12 000 EAJE ont potentiellement la capacité d'offrir 72 000 à 96 000 places d'ateliers d'éveil et de socialisation précoce hebdomadaire. Ce qui permettrait de couvrir 40 à 60 % des besoins pour les enfants de 2 ans, sans nécessité de création de places supplémentaires. » Ces ateliers seraient évidemment gratuits pour les familles sans ou à bas revenu. Le rapport propose également « le développement de points d'accueil et d'inscription obligés pour les familles cherchant un mode d'accueil individuel ou collectif pour leur enfant. »

Dialogue avec les parents

La participation des parents doit être encouragée. Des supports de dialogue avec les parents sur les rythmes et les préférences des enfants doivent être imaginés. Les parents doivent pouvoir circuler librement dans les lieux d'accueil. Pour faciliter l'intégration de la famille, un référent devrait être désigné pour les enfants à besoins spécifiques.

Le document du HCFEA insiste également sur l'importance de la sensibilité artistique à développer, sur le contact avec la nature ou la relation privilégiée qui peut se nouer avec un animal domestique. Tout cela suppose que soient assouplies les règles d'aménagement des locaux et de sorties à l'extérieur. Le texte rappelle la nécessité d'éduquer garçons et filles sans distinction de sexe.

Au moins deux demi-journées de formation pour les assistants maternels

La dimension formation est primordiale. Les professionnels doivent en effet renouveler leurs connaissances dans les disciplines du développement de l'enfant. La continuité éducative de la naissance à 6 ans doit être réaffirmée. Des actions passerelles peuvent être mises en place avec l'école, le centre de loisirs et les lieux d'accueil de la petite enfance. Pour les assistants maternels, au moins deux demi-journées par an de regroupement (sans les enfants) doivent être prévues. Dans chaque EAJE, dix réunions d'analyse des pratiques doivent être organisées chaque année.

Les relais assistants maternels (RAM) auxquels chaque assistant maternel doit être affilié sont chargés de concevoir vingt ateliers annuels consacrés aux échanges sur les pratiques et faisant appel à des intervenants qualifiés. Cela représente un coût estimé à 26 millions d'euros. À noter que le HCFEA insiste pour « préserver les taux d'encadrement des enfants en EAJE, en maisons d'assistants maternels (MAM) et chez les assistants maternels ». Un pavé dans le jardin de ceux qui contestent l'allégement des taux d'encadrement dans les lieux d'accueil collectif voulu par le Gouvernement...

Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29725-I201-comment-faire-de-l-accueil-de-la-petite-enfance-.html