Guide-familial.fr : Les travailleurs pairs « permettent de donner de l’espoir »
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Logement

Au sommaire

Accueil > Logement > Les travailleurs pairs « permettent de donner de l’espoir »

Les travailleurs pairs « permettent de donner de l’espoir »

(16/05/2019)

Qu’apportent aux travailleurs sociaux ces collègues recrutés pour avoir un même vécu que les publics suivis ? Avec « un chez soi d’abord », ce recours à la pair-aidance est systématique, pour aider les sans-abri aux troubles psychiques. Témoignage de la CESF Sylvie Katchadourian, qui dirige le projet à Marseille.

En tant que conseillère en économie sociale familiale (CESF), comment travaillez-vous avec les « médiateurs de santé pairs », engagés pour offrir « un chez soi d’abord », à vos publics en grande précarité ?
A Marseille, comme partout où est proposé ce dispositif, nous construisons nos accompagnements en équipe pluridisciplinaire, avec des médecins, infirmiers, travailleurs sociaux… et travailleurs pairs. Personne n’est le référent d’un certain nombre de dossiers qui lui seraient réservés. Nous ne sommes que les référents de nos pratiques professionnelles respectives, au service du collectif.
Ainsi chaque matin, en réunion d’équipe, nous composons différents binômes, en fonction des besoins de ceux que nous visitons. Hier par exemple, il fallait rencontrer un monsieur que le centre médico-psychologique s’inquiétait de ne plus voir, depuis une quinzaine de jours. Il a été décidé que j’y aille, pour représenter le cadre institutionnel, en compagnie d’un de nos deux « médiateurs de santé pairs », pour qu’il témoigne de sa propre expérience des ruptures de traitements… Pour les deux visites suivantes, en revanche, je suis partie en binôme avec un collègue assistant social, plus capable de répondre à d’autres besoins – et notamment de réparer un téléviseur !

Qu’apportent donc ces travailleurs pairs dans vos accompagnements ?
Nos accompagnements, qui sont « orientés vers le rétablissement », partent du postulat suivant : nous devons travailler avec les personnes non pas en fonction de leurs freins, mais à partir de leurs compétences - même si leur situation peut paraître alarmante à la société… Or pour y parvenir, la seule solution est de leur donner de l’espoir ! Dès lors, il n’y a pas d’outil plus efficace que la pair-aidance. Elle offre le témoignage vivant que « c’est possible », pour reprendre le slogan de la SNCF !
Un deuxième intérêt est que le travailleur pair apporte un savoir expérientiel, précieux pour compléter une prescription médicale. Face à des effets secondaires ou aux contraintes d’un traitement, le médiateur de santé pair peut venir expliquer comment il a pu, lui-même, y faire face.
Enfin en tant que directrice du dispositif à Marseille, je trouve un autre intérêt pour l’équipe elle-même. En France nous avons appris à parler entre collègues des personnes accompagnées, avant même d’aller les rencontrer, pour cultiver notre distance « professionnelle » et partager nos analyses… Au fond cela ne sert à rien. En présence des travailleurs pairs, on se retient de tous ces commentaires. Nous allons à l’essentiel. Et on gagne un temps fou. Après une heure de réunion, notre équipe de 13 ETP parvient à rencontrer 30 personnes par jour.

Travailler avec ces collègues non diplômés ne pose-t-il pas de difficultés ?
En réalité ces travailleurs pairs peuvent avoir suivis des études, parfois d’un niveau supérieur, et gagner alors des salaires plus élevés. En fin de compte, ils ne me posent problème qu’en tant que directrice : j’ai du mal à en recruter !


Auteur : Olivier Bonnin (photo : DR)
Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29738-I203-les-travailleurs-pairs---permettent-de-donner-de.html