Guide-familial.fr : Les assistants sociaux encore au féminin
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Insertion des publics en difficulté

Au sommaire

Accueil > Insertion des publics en difficulté > Les assistants sociaux encore au féminin

Les assistants sociaux encore au féminin

(08/02/2018)

Pour célébrer son centenaire, l’Etsup s’est interrogée sur le rôle toujours central des femmes dans le travail social. Dans cette école aussi, le métier d’assistant social s’écrit, d’abord, au féminin… Or cela peut expliquer le manque de reconnaissance de la profession. Mais comment faire progresser la parité ?

A quoi peut donc ressembler le « travailleur social au XXIe siècle » ? L’Ecole supérieure de travail social (Etsup) avait choisi ce thème pour célébrer son centenaire, les 6 et 7 février, avec deux journées de conférences à l’Hôtel de ville de Paris. La première réponse, apportée par le débat d’ouverture, frisait l’évidence : il ressemble, encore, à une femme !
L’ancienne « école des surintendantes d’usines et de services sociaux » ne pouvait certes l’ignorer. L’établissement a été fondé en 1917 à l’initiative de cinq femmes, pour former, d’abord, des professionnelles : ces ancêtres des assistantes sociales d’entreprise devaient alors aider les « munitionnettes » de la Grande Guerre « à concilier leur travail avec leur famille », comme le rappelle Stanley Jacquet, président de l’association éponyme. Et depuis lors, « les femmes ont construit le travail social », ajoute Chantal Goyau, directrice générale de l’Etsup.
Mais cent ans plus tard, les femmes représentent encore 93 % des admis aux formations d’assistant de service social. Certes, pour Cécile, diplômée à l’Etsup, cette surreprésentation ne pose guère de problème, si ce n’est « pour l’ambiance de travail ». En revanche sa consœur Stéphanie aimerait un « partage des points de vue » avec des hommes, avant de cingler : « Nos salaires restent ce qu’ils sont car nous sommes un milieu très féminin ! »        
Et le constat est partagé par les chercheurs en sciences sociales invités à débattre ce 6 février. Le problème de cette féminité est qu’elle implique « une déqualification et une non reconnaissance des compétences », selon la sociologue suisse Marianne Modak. Le cliché demeure que les travailleuses sociales n’auraient recours, au fond, qu’aux « qualités naturelles » des femmes, certes « un peu affûtées »…

 

"Distanciation du papa"

Et cette division sexuelle du travail ne marque-t-elle pas, aussi, les accompagnements menés ? Aminata Pallud, cheffe de service en aide sociale à l’enfance, note en tout cas que le travail social œuvre à l’émancipation des femmes. Mais elle observe aussi une « surresponsabilisation de la mère » et une « distanciation du papa », lorsque les collègues évaluent une famille après une information préoccupante.
Mais comment donc attirer les hommes dans la profession ? « Si les assistantes sociales s’engageaient plus sur le terrain politique et syndical, il y aurait plus de mecs », veut croire l’ancienne professionnelle et députée Denise Cacheux - qui espère bien que les travailleuses sociales du XXIe siècle sauront rester « des emmerdeuses »… Quant à Maïté Lixivel, future assistante sociale à l’Etsup, elle propose une réponse musclée pour la parité : « Une revalorisation des salaires ! » Stéphanie Bedouhene, sa collègue, suggère aussi de « sensibiliser dès le lycée ». L’un des rares étudiants masculins de leur promotion pencherait même pour une « discrimination positive, avec dans les écoles des places réservées aux hommes », pour ce métier encore si « mal vu ». Il a d’ailleurs tenu à rester anonyme.

 

Photo tirée de l'exposition sur le travail social conçue par Mathias Gardet pour le centenaire de l'Etsup.


Auteur : Olivier Bonnin
Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29255-I209-les-assistants-sociaux-encore-au-feminin.html.html