Guide-familial.fr : Des pistes d’améliorations pour l’accès des étudiants handicapés aux études supérieures
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Enfance

Au sommaire

Accueil > Enfance > Des pistes d’améliorations pour l’accès des étudiants handicapés aux études supérieures

Des pistes d’améliorations pour l’accès des étudiants handicapés aux études supérieures

(12/07/2018)

Le 27 juin 2018, Catherine Becchetti-Bizot, médiatrice de l'Éducation nationale et de l'enseignement supérieur, a présenté son rapport 2017 intitulé « Plus de proximité, pour plus d'équité ». Elle s'intéresse notamment à la question de l'orientation et de la réussite des études supérieures des étudiants handicapés. De nombreuses avancées ont eu lieu, ces dernières années, pour favoriser l'accueil des étudiants handicapés dans les établissements d'enseignement supérieur : création de services d'accueil des étudiants handicapés (SAEH), Charte Université-handicap, site Handi-U...

 

En revanche, l'aménagement des épreuves pour les concours et examens doit être amélioré. La procédure de demande d'aménagement reste complexe.
Certains médecins scolaires et des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) débordés par le nombre de dossiers à traiter sont de plus en plus nombreux à refuser d'examiner les dossiers d'étudiants. Certains étudiants n'arrivent pas à obtenir de rendez-vous avec un médecin agréé pour obtenir leur certificat médical. Non seulement, les aménagements proposés ne répondent pas toujours au besoin de compensation de l'étudiant mais les sujets mêmes des épreuves peuvent être incompatibles avec le handicap. Les épreuves de langues vivantes, par exemple, se révèlent parfois inaccessibles pour ces étudiants.


La médiatrice propose de concevoir des sujets d'examens compatibles avec les différentes formes de handicap, d'autoriser et de mettre en place le matériel et les logiciels adaptés lors du déroulement des épreuves, et de spécialiser, dans tous les services d'examen des rectorats, un agent pour venir en aide aux étudiants isolés pour leurs démarches médicales liées aux aménagements d'épreuves - et plus largement pour tous les étudiants à besoins spécifiques.

 

La médiatrice de l'Éducation nationale s'inquiète aussi des ruptures de parcours fréquentes au moment de l'entrée dans l'enseignement supérieur. L'accompagnement dont avait bénéficié l'élève pendant sa scolarité disparaît. Or, l'entrée dans un système qui prévoit plus d'autonomie peut s'avérer brutale. L'orientation vers les études supérieures peut poser problème. En particulier, lorsque le cursus prévoit l'enseignement obligatoire de l'anglais alors que les élèves en ont été dispensés dans le secondaire. Elle note des soucis avec Parcoursup, le site d'orientation des bacheliers, surtout pour les handicaps « invisibles » qui sont peu pris en compte (troubles du comportement, troubles autistiques...).


Elle préconise de travailler bien en amont le projet d'orientation de l'élève handicapé de manière à organiser des temps d'immersion dans des établissements d'enseignement supérieur ou d'organiser une information individualisée portant sur les adaptations proposées dans la filière qui intéresse l'élève. Elle recommande surtout d'alerter les professeurs principaux sur le fait que certaines mentions figurant dans le dossier scolaire peuvent donner lieu à de mauvaises interprétations (absences, comportements, etc.) et compromettre l'admission de l'élève dans la formation de son choix.

Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Données personnelles / Cookies | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29424-I201-des-pistes-d-ameliorations-pour-l-acces-des-etud.html