Guide-familial.fr : En Seine-Saint-Denis, un service social dans des préfabriqués
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Insertion des publics en difficulté

Au sommaire

Accueil > Insertion des publics en difficulté > En Seine-Saint-Denis, un service social dans des préfabriqués

En Seine-Saint-Denis, un service social dans des préfabriqués

(10/12/2018)

Après des années dans une clinique désaffectée, puis des mois « sans bureau fixe », seize assistantes sociales du conseil départemental du 93 devraient emménager, en janvier, dans des bâtiments modulaires. Un épisode douloureux qui semble avoir mis à mal le lien entre les professionnelles et leur institution.

Leurs bureaux avaient d’abord été loués par le département au sein d’une clinique désaffectée, devenue insalubre, et en partie squattée. Puis, suite à un incendie, ils avaient dû quitter les lieux en catastrophe, en août dernier. Depuis, ils avaient été éparpillés aux alentours, pour partager par roulement des bureaux de fortune, trop petits et inadaptés à l'accueil du public - qui n’avait même pas été informé de leurs nouvelles adresses… Les 42 professionnels, dont 16 assistantes sociales, composant le service social du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, pour les habitants de Gagny, Neuilly-sur-Marne et Neuilly-Plaisance, auront connu une année 2018 difficile. En témoigne la dizaine d'accidents du travail survenus entre fin août et début novembre, en lien avec leur épuisement.


Mea culpa partiel du département
La perspective d'emménager dans des préfabriqués  en janvier 2019, à Neuilly-sur-Marne, n'est, semble-il, pas vécue comme une délivrance. Les professionnels savent qu'ils seront logés dans ces modulaires pour environ cinq ans, dans l'attente de la construction de bureaux définitifs, « alors qu'ils réclamaient un déménagement, vu leur quotidien dans la clinique désaffectée, depuis déjà des années », rappelle Boualem Hamadache, secrétaire général Sud CD 93 et lui-même assistant social départemental.
Pierre Laporte, vice-président chargé de la Solidarité, reconnaît que « le département a tardé dans la prise en compte de cette dégradation puis n'a pas toujours apporté des réponses adaptées », une fois les professionnels dispersés. Par contre, le département l'assure : « Trouver un bâtiment pour une quarantaine de personnes, avec des salles de réunion, est strictement impossible », ce qui explique les années à venir en bâtiments modulaires. « De plus, les reports de chantier sont de plus en plus courants. Nous y faisons face, par exemple, pour la construction de collèges. »

 

Sens du travail
Le département avance également avoir établi, une fois la situation prise en compte, un « dialogue constant » avec les supérieurs et les représentants syndicaux de ces professionnels, afin de trouver des solutions pour alléger les mois passés sans bureau fixe - comme le déblocage des forfaits de téléphone. « Mais pour les assistantes sociales l'essentiel n'est pas là », commente Boualem Hamadache. « Elles estiment que la façon dont leurs conditions de travail se sont dégradées et les réponses apportées par le département sont significatives de comment l'institution considère leur travail, et plus généralement, le travail social, et enfin le public suivi. Elles se sont retrouvées dans des situations qui ont mis à mal leurs valeurs et leurs pratiques, comme l'impossibilité de recevoir l'ensemble des personnes confrontées à des situations d'urgence. Ce sont deux visions du social qui s'opposent. Aujourd'hui, mes collègues sont épuisées et appréhendent l'avenir ». Suite à cette année chaotique, des psychologues du travail ont été missionnés afin d'évaluer le moral de l'équipe.

 

Photo : les salariés du service social étaient revenus manifester devant la clinique désaffectée le 9 octobre dernier.


Auteur : Sophie Le Gall
Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29576-I209-en-seine-saint-denis-un-service-social-dans-des-.html