Guide-familial.fr : La formation professionnelle davantage suivie par les personnes handicapées
VOTRE SÉLECTION
Vous pouvez mémoriser les informations que vous souhaitez retrouver rapidement dans votre espace personnel

 

Handicap - Invalidité

Au sommaire

Accueil > Handicap - Invalidité > La formation professionnelle davantage suivie par les personnes handicapées

La formation professionnelle davantage suivie par les personnes handicapées

(07/03/2019)

Un rapport de la Dares montre la poussée de près de 50 % du nombre de personnes handicapées ayant suivi une formation professionnelle entre 2014 et 2016. C'est une conséquence directe de la loi de 2014 qui renforce les compétences des régions en matière de formation professionnelle. Mais le niveau de formation de ce public reste moins élevé que celui des autres bénéficiaires.


Comme on le sait, le taux de chômage des personnes handicapées est en gros deux fois supérieur à celui de la population générale. L'un des facteurs explicatifs de ce différentiel est le niveau de formation générale souvent inférieur, une réalité qui s'explique entre autres par la scolarisation insuffisante. D'où l'importance de suivre des parcours de formation professionnelle pour espérer décrocher un travail. Dans une étude, la Dares (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) fait le point sur la situation entre 2014 et 2016. Il faut savoir que 2014 est une date importante puisque la loi du 5 mars a renforcé les compétences des régions en matière de formation professionnelle, notamment en direction des personnes handicapées.

Régions et Pôle emploi, principaux acteurs

Les régions restent les principales prescriptrices puisqu'elles interviennent en 2016 dans 40 % des mises en formation professionnelle. En raison du plan « 500 000 formations », Pôle emploi est à l'origine d'un tiers de ces actions, soit une forte augmentation par rapport à 2015. L'État et l'Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des handicapés) sont, pour leur part, en recul prononcé.

Davantage d'hommes plus âgés

Quelles sont les personnes handicapées qui s'engagent dans des programmes de formation ? La Dares note qu'elle est davantage masculine (57 %) que la population générale, ce qui prouve des difficultés renforcées pour les femmes handicapées. Par ailleurs, cette population est plus âgée que la moyenne : 91 % de plus de 26 ans (contre 71 %). Entre 2014 et 2016, la part des travailleurs âgés suivant une formation professionnelle a encore augmenté.

L'Agefiph en retrait

Pendant leur formation, les personnes handicapées sont rémunérées une fois sur deux par l'assurance chômage ou des aides de Pôle emploi. Cette part est en forte augmentation. En revanche, l'État, les régions et l'Agefiph sont moins engagés : entre 2014 et 2016, cette dernière a consacré 47 millions d'euros en moins à indemniser les stagiaires. À noter que 9 % des personnes en formation ne bénéficient d'aucune indemnisation.

Plus de contrats d'apprentissage

Deux types de contrats sont possibles : apprentissage (dans le cadre d'une formation initiale) ou professionnalisation (formation continue). Pour les personnes handicapées, le contrat d'apprentissage a été signé en 2016 à 3 400 reprises. Ce doublement depuis 2012 est d'autant plus remarquable que le nombre de contrats d'apprentissage a baissé pour la population générale. Le fait que les personnes handicapées aient une moyenne d'âge plus élevée tient au fait que le contrat d'apprentissage n'est pas limité pour elles par une barrière d'âge (normalement 29 ans).

Des formations de niveau moins élevé...

À l'entrée de la formation, les personnes handicapées ont un niveau inférieur aux autres : 45 % n'ont aucun diplôme ni titre professionnel, contre 32 % pour l'ensemble des entrants. Certes, le niveau de diplôme des personnes handicapées a augmenté légèrement depuis 2012, mais à un rythme quatre fois inférieur à celui des autres. Ce moindre niveau d'étude se retrouve dans le type de formations suivies : moins d'une personne handicapée sur cinq s'engage dans des filières de l'enseignement supérieur. Cette proportion est deux fois plus importante pour la population générale.

... et qui débouchent souvent sur un emploi

Parallèlement, le nombre de contrats de professionnalisation a diminué de 29 %, soit 900 contrats en moins. Pourquoi ? La raison est simple. « À partir du 1er avril 2016, explique la Dares, le montant des aides versées par l'Agefiph à un employeur pour la souscription d'un contrat de professionnalisation avec une personne handicapée diminue. »

Que deviennent ensuite les personnes formées ? Selon une enquête réalisée auprès d'anciens bénéficiaires de contrats arrivés à échéance en 2015, 60 % sont en emploi six mois après la fin de leur contrat et 10 % sont toujours dans une formation en alternance. 

Plan du site | Liens utiles | Mentions légales / Cookies | Politique de confidentialité | Contactez-nous
Ajouter à mes favoris
http://www.guide-familial.fr/actualite-29657-I207-la-formation-professionnelle-davantage-suivie-pa.html